IMG_20181205_162001

Le conseil de la Métropole de Rouen devait émettre un avis sur le SRADDET (Schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable et d’Egalité des Territoires). Ce schéma identifie les enjeux, expose la stratégie régionale et fixe les objectifs qui en découlent. sur des thèmes majeurs tels:

  • l'équilibre et l'égalité des territoires
  • la gestion économe de l'espace
  • le désenclavement des territoires ruraux
  • les infrastructures de transports et l'intermodalité
  • l'habitat
  • la maîtrise et la valorisations de l'énergie
  • la lutte contre le dérèglement climatique
  • la pollution de l'air
  • la protection et la restauration de la biodiversité
  • la prévention et la gestion des déchets.

001

 André Delestre, pour le groupe communiste, s'est exprimé après la présentation de notre collègue Françoise Guillotin

"C’est un document éminemment politique qui aurait mérité que l’avis proposé puisse faire l’objet d’un débat afin d’y rechercher un consensus pour donner plus de force aux remarques, observations et réserves formulées. Car il engage durablement notre territoire et impacte le SCOT et les politiques d’urbanisme en cours de validation ainsi que l’organisation du territoire en matière d’habitat, de transports et de développement économique.

Nous remercions les services de leur travail qui nous éclaire sur les enjeux.

Et si vous le permettez, nous ferons quelques commentaires en complément du positionnement du groupe communiste à la Région. Qui s’est abstenu avec cette crainte formulée de voir s’afficher sur le fronton de nos mairies les mots « équité, compétitivité, attractivité »

Alors que l’Etat encadre et surveille nos collectivités, en premier lieu la Région, l’Etat mène une politique drastique de réduction des services publics dont il a la responsabilité. Il en va des hôpitaux, mais aussi de l’éducation nationale, de la primaire à l’université en passant par l’enseignement professionnel, mais aussi  le trésor public, la recherche, les chambres consulaires, la justice… la liste est longue du dé tricotage de notre territoire en matière de service public. Nous pourrions évoquer la concentration des pouvoirs politiques avec l’affaiblissement des  communes vers une intercommunalité forcée et contrainte. Nous pourrions évoquer aussi les leviers que l’Etat a entre ces mains avec l’organisation de l’aménagement du territoire en matière d’infrastructure de transport. Et la loi mobilité qui renvoie aux calendes grecques de la Ligne haute performance dite LNPN, mauvaise nouvelle pour l’axe Seine. D’autant que le choix est, toujours et encore, de soutenir des infrastructures autoroutières avec l’exemple de l’A13-A28 qui impacte notre territoire avec ses conséquences sur l’eau, l’air respiré, les espaces agricoles et forestiers, le cadre de vie de milliers de nos habitants.

IMG_20181205_164039

L’avis de la Métropole formule une réserve de fond, la plus importante sur la notion de métropolisation. Nous concernant, ce qui intéresse et passionne le groupe Front de Gauche, est le territoire de vie pour lequel nous sommes engagés et son projet politique qui ne peut se réduire à des limites administratives ou des visions libérales nuancées dont notre région a payé le prix les années passées. Quand la Métropole Rouen Normandie fait avancer les politiques solidaires, écologiques et égalitaires, c’est toute la région qui avance. (ndlr: sur cette réserve formulée dans l'avis, nous avons assisté à un échange médiocre, pas à la hauteur de l'enjeu, entre des représentants de la majorité régionale de droite et le président de la métropole, et dont PN se fait l'écho dans ses colonnes)

Nous partageons la remarque de l’avis sur la difficulté « d’appréhender la stratégie d’aménagement du territoire à l’échelle régionale proposée par le SRADDET ».

  • Et les exemples de la logistique, nous pourrions ajouter, en amendement à cet avis, afin d’y créer de la valeur ajoutée.
  • Ou des activités commerciales ou la concurrence entre territoires n’est bonne pour personne.
  • Et bien sûr, nous tenons à rajouter la nécessaire mobilisation autour des activités industrielles qui est vraiment le maillon faible de ce schéma alors que la relocalisation et la reconversion sont des atouts des territoires qui avancent.
  • Nous notons le flou, voir l’inexistence de visions et d’ambitions concernant le transport des marchandises par le fer ou concernant l’axe Seine par le fleuve d’un cadre de vie déjà détérioré et fracturé par des décennies de « tout routier » dans sa partie la plus densément peuplée.

Concernant les remarques de la Métropole sur la consommation du foncier, nous avons fait nôtre les règles du PLUI afin de réduire la consommation du foncier agricole, forestier ou naturel. Pour autant, nous avons contesté cette artificialisation des sols afin d’y implanter 42 km de ruban de goudron comme la fuite en avant d’investissements lourds afin de dé saturer un réseau routier toujours plus engorgé par les camions. Juste pour évoquer l’excellent travail du CESER sur le sujet et ces préconisations. Et de remarquer que les liens entre le PLUI et le SRADDET sur le foncier ne doit pas se réduire à « qui est de l’œuf de la poule » mais qu’il y a une obligation d’agir avec des règles contraignantes car il en va des générations présentes et futures.

La remarque concernant l’association des » Aéroports de Normandie » mériterait un débat plus approfondi  que ce qui est formulé.

Nous avons noté, dans le rapport annexé, des observations concernant ATOUMOD et les systèmes d’information et de billettique intermodale que nous partageons.  Pour autant, dans les remarques et réserves formulés, nous souhaiterions que la Métropole exprime fermement son désaccord avec le dé tricotage du réseau ferroviaire qui entraine l’abandon de gares et dessertes du quotidien tel la halte de St Martin du Vivier et que l’on définisse une ambition à mieux utiliser ce réseau omniprésent au cœur de l’aire périurbaine rouennaise pour les déplacements du quotidien.  

Nous faisons nôtre les autres remarques formulées par l’avis. Pour autant, la démarche choisie par le président de ne pas réécrire une délibération qui intègre  des éléments du débat nécessaire ne nous permettra pas de voter cette délibération. Le groupe Front de Gauche s’abstiendra."