... tout camion. Mardi 9 octobre, le conseil municipal s'est réuni avec à l'ordre du jour des tarifs divers, des modifications budgétaires, des soutiens et conventions... André Delestre est intervenu pour le groupe communistes sur la COP21 présentée par le maire.

DSC00031

 

"Nos engagements se situe en plein dans le salon automobile avec en vedette les SUV , ou le fret ferroviaire moribond vient d’être filialisée et la SNCF démantelé avec des camions toujours plus nombreux, plus lourds, plus dangereux, ou les marchands de climatisation se frottent les mains dans un été torride, ou Nicolas Hulot claque la porte du gouvernement ou le rapport du GIEC, présenté ce 8 octobre afin de préparer la COP24 à Katowice, est franchement alarmiste.

Chaque jour qui passe, nous rapproche du point de non-retour. Rappelons que 9 pays, sur les 180 qui ont signé l’accord de Paris, ont adopté des mesures pour une économie bas carbone. Que la France est un mauvais élève selon l’observatoire de l’énergie. En 2017, le pays a émis 6,7% en plus de gaz à effet de serre et consommé +4,4% d’énergie que prévu. Les énergies renouvelables ont représenté 15,7% du bouquet énergétique en 2016, contre un objectif de 17% tandis que la consommation de combustibles fossiles largement subventionnés, a augmenté de 4,5%.

Il va falloir une vraie mobilisation de nous tous, à tous les niveaux et quel que soit les responsabilités que nous exerçons dans la société, pour tenir les engagements pris dans ce catalogue local intéressant, qui aurait pu être plus ambitieux sur les mobilités, le nœud des émissions de CO2, je pense en particulier la sécurité des 12 km de pistes cyclables actuelles à Petit-Quevilly, un meilleur cadencement du bus 41, la prévention, la gestion et la collecte des déchets, le soutien à des pratiques de jardinage vertueuse, les écos manifestations sportives et de loisirs.

Enfin, il nous faut mieux informer et éduquer nos concitoyens à la vigilance sur les prétendues entreprises qui disent réduire notre empreinte écologique, qui lave plus vert que vert, voyez cette pleine page parue lundi dans PN de Total Springs.

 

Source: Flickr

Et puis, je le dit ici comme cela a été dit hier par Stéphane Barré, maire communiste de Oissel, au conseil de la métropole, améliorer l’air respiré, ce n’est pas pousser la pollution chez les autres, qui justifierait la nécessité de construire un barreau autoroutier concédé et à péage de 42 km entre l’A13 et l’A28, mais bien de réduire les particules fines, le CO2 émis.

Et attention ! Le diable est dans le détail comme j’ai pu le faire remarquer lors du précédent conseil. L’eau en plastic ne peut étancher notre soif d’agir pour nos petits-enfants."

Pascal Rigaud est intervenu aussi sur le barreau autoroutier A28- A13, dit contournement Est lors du débat sur le Plan d'Aménagement et de Développement Durable. Nous y reviendrons prochainement dans ces colonnes. Il a rappelé, à juste titre, que le tracé de ce ruban de goudron, au delà de la fracture dans les paysages, terres agricoles ou espaces naturels, se situe sur le captage de l'eau distribué aux robinets des quevillais avec toutes les conséquences sur la ressource eau.

497r_globe

Frédéric Sanchez a défendu ce projet, qu'il porte avec zèle et enthousiasme, en argumentant de l'interet des quevillais et des rouennais de détourner ces nuisances poids lourds! (La mauvaise foi  fait partie de son argumentation à propos du positionnement des élus communistes, auquel l'auteur de ces lignes n'a pu répondre). Comme si que les camions de blés vont faire 30 km de plus et payé un droit de passage pour alimenter les silos du port de Rouen ! Comme si les habitants du plateau Est trouvent enfin une solution pour aller travailler à Rouen ! L'urgence climatique est bien de REDUIRE et non pas de détourner et pousser ailleurs un air vicié. Si le sujet n'était pas aussi dramatique, nous lui suggérerions de mettre des éoliennes le long de la SudIII qui feraient aussi ventilateur. Au moins, il y aurait des recettes électriques. Car il a proposé de renforcer la protection des stéphanais et osselliens face aux nuisances auxquels ils sont confrontés! Nous proposons, nous, de relancer le fret ferroviaire, fluvial et maritime, de relocaliser des productions, de repenser le modèle de production "stock zéro", "juste à temps"... et de flécher "ce pognon de dingue", 66 millions d'euros d'argent public pour la métropole, pour une offre de transport collectif en site propre. Rappelons que le projet global est estimé à 1 milliards d'euros avec beaucoup d'argent public, ou le risque financier est assuré par les collectivités. Et les recettes de péages encaissées par les grands groupes privés des travaux publics et des banques. Et si le président de la métropole écoutait enfin les populations concernées, les élus inquiets, les associations alertées, les rapports accablants, les mobilisations en cours, les spécialistes révoltés...Il serait à nouveau crédible sur la démarche de COP21 sur notre territoire de vie.