... se sont exprimés lors du débat par la voix d'André Delestre, adjoint à l'urbanisme et à la politique foncière.

"Avant d’exposer nos remarques dans ce débat, je tiens à remercier les services, bien sûr, ceux de la métropole qui pilotent avec efficacité ce PLUI, mais aussi les services de l’urbanisme de la ville patients et à l’écoute pour relayer professionnellement des visions de la ville que les élus se doivent d’avoir dans une liberté de parole. Qu’il nous faut préserver et renforcer des ingénieries communales qui soient à la fois indépendantes et complémentaires de ceux de la métropole. Il en va de la démocratie et de la citoyenneté.

DSC03067

Sur l’objectif de modération de la consommation d’espaces naturels, agricoles ou forestiers, les communistes rappellent le rapport du CESER Normandie publié en septembre 2018, qui constatent que notre région est une des plus bétonnées de France. Je cite en substance, les lignes forces de cette étude:

 

DSC06864Le béton grignote à grande vitesse les surfaces naturelles de Normandie. L'artificialisation des sols progresse à un rythme 5 fois supérieur à la croissance démographique! De quoi donner des sueurs froides aux spécialistes de l'aménagement territorial.Autre signe alarmant: les logements vacants ont augmenté de 5,4% par an en 2010 et 2015. C'est en Normandie que cette hausse est la plus forte parmi les régions de France, la moyenne étant de 3,4% pour la France métropolitaine. Les centres villes se vident au profit des nouvelles constructions en périphérie, que ce soit pour l'habitat, le commerce, les activités économiques. Mais la vacance ne concerne pas uniquement les centres: les nombreuses cellules commerciales au sein des zones périphériques sont également concernées. Les prairies ont diminué de moitié en 40 ans...

Nous faisons nôtre cette évolution dans les objectifs du PADD proposée tout en rappelant quelques observations ou préconisations.

Déjà les précédents Schéma Directeur Rouen - Elbeuf devenu SCOT s’étaient donné ce type d’objectif. A l’évaluation des résultats, l’étalement urbain s’est aggravé, articulé exclusivement sur le transport routier qui favorise ce grignotage et avec toutes ces conséquences sociales, environnementales. NDLR: dans cette intervention, nous n'avons pas repris les 41 km de la liaison A13-A28 évoquée lors de la délibération précédente, mais bien sûr ces objectifs de modération devrait annuler ce projet du passé au regard de l'urgence climatique.  Puisse ce PLUI contraignant et réellement opérationnel.

 

Source: Flickr

A l’étalement urbain, il nous faut répondre par la densification et la reconquête d’espaces délaissés au cœur des villes. Mais là encore, attention ! Nous le savons ici, à Petit-Quevilly, notre ville est la plus dense de la métropole. Pouvons-nous encore densifier, augmenter notre population au-delà des 23.000 habitants sur un territoire contraint

  • Sans s’interroger sur la verticalicalité proposées alors que les familles souhaitent un logement spacieux avec un petit jardin ?
  • Sans s’interroger sur la place donner à la nature en ville pour respirer? L’urbanisation partielle, aujourd’hui abandonnée de la plaine Kennedy est un cas d’école pour des taquets fermes et des règles protectrices.
  • Sans se réinterroger sur la maitrise publique foncière face à des promoteurs privés opportunistes, soucieux de rentabiliser leurs investissements? NDLR: la gestion des co propriétés verticales ou horizontales (120 impasses à Petit-Quevilly) est un vrai problème aujourd'hui...et demain.
  • Sans s’interroger sur la transformation d’usage du foncier à reconquérir alors que la mixité des fonctions dans une ville, et son corollaire l’emploi, est aussi important que l’habitat?
  • Sans s’interroger sur l’irrigation du territoire au regard des engagements de limitation du CO2, en particulier à ne pas créer d’irréversibilités foncières dans l’accueil adéquat d’activités économiques mais aussi à des modes de transports vertueux, je pense bien sûr au ferroviaire présent au cœur de la ville qui pourrait être réactiver pour les déplacements du quotidien mais aussi aux abords du fleuve dans sa partie maritime mais aussi fluviale?
  • Sans s’interroger enfin sur le cout du foncier car démolitions et dépollutions pour renouveler nos villes méritent solidarité intercommunale afin de tenir les objectifs du PADD version 2 mais aussi de permettre à toutes et tous un parcours résidentiel qui ne discrimine pas par l’argent au nom de la mixité sociale ? NDLR: l'opération de renouvellement urbain du quartier de la pisine suscite quelques inquiétudes.

Capture_d’écran_2018-10-10_à_15

DSC08778

Voilà quelques éléments de réflexion à ce débat. Je voudrais dire enfin, quand nous avions élaboré de 2004 à 2006, le PLU qui restera la règle jusqu’en 2019, ces interrogations et les réponses apportées ont permis de transformer Petit-Quevilly dans un certain équilibre avec des réussites mais aussi des insuffisances, erreurs qu'il nous faut collectivement reconnaitre et intégrer..

Penser la ville rêvée, c’est se réapproprier des valeurs humanistes, de gauche, en particulier ne pas subir la loi du marché et de permettre à toutes et tous, quelque soit son âge, la composition de la famille, ses revenus, ses origines… un droit à la ville par le logement, l’emploi, l’accès aux services, la mobilité, la culture, le sport, les loisirs, un cadre de vie de qualité.