Source: Flickr

« Avant la fin de l’année, 4 policiers municipaux de Petit-Quevilly devraient patrouiller dans la commune en soirée ou lors d’opérations de contrôle, équipés d’une arme à feu… » Et Frédéric Sanchez, maire et président de la Métropole en explique les raisons : Vigipirate, opérations d’îlotage dévolues aux fonctionnaires territoriaux et… demande des agents eux-mêmes à se protéger.

D’abord, rappelons que la droite la plus réactionnaire et le FhaiNe mènent campagne sur le sujet ( Estrosi à Nice avec ces 400 policiers et 2.500 caméras, Ménard à Béziers avec armes, délations et milices…) après que Sarkozy ait affaibli la mission régalienne de l’Etat en matière de sécurité par la suppression massive d’emplois dans la police nationale, la police de proximité… et en menant une politique extérieure dangereuse pour la France et notre population (Lybie…). Que la politique du président Hollande n’a pas été meilleure. Un exemple : le bureau de police de Petit-Quevilly est menacé de fermeture car en sous-effectif chronique. Les départs en retraite ne sont pas remplacés. D’autres bureaux dans l’agglo. comme à Oissel, ont fermé, le maire communiste ne chuchotant pas à l’oreille du ministre de l’intérieur. Il est anormal que, face à la défaillance des responsabilités régaliennes de l’Etat, les communes se substituent aux missions dévolues à la Police Nationale. Armer les policiers municipaux, les former, recruter toujours plus de policiers, cela représente un coût, qui impacte la fiscalité locale, alors que les dotations de l’Etat vers nos collectivités baissent. C’est un choix qui n’est pas celui des élus communistes. D’ailleurs, nous n’avons jamais délibéré sur l’équipement d’armes létales pour les agents de la ville. Lors d’une consultation informelle, nous avions exprimé notre refus pour ces raisons. En y rajoutant une évidence mathématique: plus il y a d’armes en circulation, plus il y a de victimes. Les accidents récents de chasse en Normandie le démontrent. Le taux anormalement élevé de suicide en 2015 chez les gendarmes (25) et chez les policiers (45) avec l’arme de service nous interroge. Et ce grand pays de la démocratie et de la liberté, ou la détention d’arme est un droit constitutionnel, 265 Millions y circulent. Presque autant que le nombre d’habitants. Que la violence par arme à feu coûte chaque année, la vie à 32.000 américains dont 2/3 sont des suicides. Ne parlons même pas des massacres de masse quasi quotidien qui a fait pleuré Obama. Et des shérifs à la gâchette facile quand il s’agit de personnes de peau noire. Oui comme le rappelle le directeur de cabinet de la préfecture de la région Normandie : « c’est une décision lourde » Et grave. Quevilly n’est pas Chicago. Dans nos échanges avec les habitants, c’est bien les insécurités sociale et économique qui pèsent le plus(chômage, précarité, bas salaires et pensions, maladies, misère). Viens ensuite l’insécurité routière (vitesse, accessibilité, nuisances). Les délits sur les personnes et les biens viennent loin derrière dans la réalité mais sont amplifiés par ce sentiment de peur.

497r_globe

Nous agissons pour que les agents de la Police Nationale soient plus nombreux et aient suffisamment de moyens pour travailler au plus près de la population. Il faut renforcer leurs missions de surveillance, de renseignements et d’investigations face aux organisations criminelles. Que le travail de la police municipale soit mieux encadré dans les compétences strictement communales.

Et travailler à la prévention, c’est d’actualité. Le département 76 a transféré sa compétence prévention spécialisée vers la métropole (cf. délibération au conseil du 13 décembre). Hubert Wulfranc a rafraîchi la mémoire des élus de supprimer 50% des subventions aux associations de l’éducation spécialisée qui a entraîné près de 80 licenciements chez les éducateurs auprès des jeunes de 18 à 25 ans. Maintenant, la droite s’engouffre dans la porte ouverte par la majorité précédente. Sur Petit-Quevilly, le CAPS avait été impacté. Notre camarade a appelé à la grande vigilance.

Le « vivre ensemble » passe par l’éducation et la culture. Et si, dans un geste de paix, nous offrions un livre à nos enfants plutôt qu’un jouet, réplique de pistolet, voir d’armes de guerre. Dans l’ambiance délétère de cette année 2016, rappelons que le terme générique de policier, dans notre République, est « gardien de la paix ». André Delestre