SERVICE PUBLICAlors que le grand débat national voulu par E Macron, dont l'origine d'exigences de mobilité, d'accès aux services dans les zones rurales, d'urgence environnementale, n'a pu échapper à personne,  en arrive aux conclusions, la Région fait de la pédagogie à la fermeture de gares que la SNCF tente de fermer depuis 20 ans. 12 gares et haltes ne seraient plus desservies par train, avec substitution par bus ou... rien d'ailleurs? Citons les: St Martin du Vivier, Pont de l'Arche, Virville, Foucart-Alvimare, Bolbec-Nointot, Glos-Montfort, St Pierre du Vauvray, Ste Gauburge, Merlerault, Carantilly, Couliboeuf, Pont Hébert.

Source: Flickr

Sans compter les gares aux guichets fermés, qu'on laisse se dégradée, qu'on ignore dans la communication... tout cela pour se concentrer sur ce qui est rentable en vue de l'ouverture à la concurrence et la privatisation. Des arguments fallacieux sont avancés comme la sécurité, l'accesssibilité, l'amélioration de la performance des trains (sic), " y a personne ". Il est curieux que Jean-Baptiste Gastinne en charge des transports, relayent ce type d'argument auprès des maires et des usagers qui ruent dans les brancards, à juste titre. A Pont-Hébert, comment expliquer la fermeture alors que la gare vient d'être refaite? A St Martin, on évoque la sécurité alors que la halte est accessible et protégée par le passage à niveau? On veut faire des économies? Mais depuis longtemps, ces gares, plus personne n'y travaille. Sauf à supprimer les cheminots dans les TER? Quand on veut tuer son chien...

triage

Grâce à l'action, à Pont de l'Arche, 2.000 signatures entraînent le recul. Des arrêts seront préservés. Il faut que tous, nous agissions: élus, usagers, celles et ceux qui veulent réduire leur bilan carbone ou tout simplement gagner du pouvoir d'achat et cheminots. Sinon, la ligne noire sera remontée d'un cran et d'autres gares et lignes suivront comme nous l'avons constaté pour le fret avec la suppression du wagon isolé, aboutissant à la fermetures des 3 triages en Normandie et au transfert sur route de millions de tonnes marchandises par kilomètre, en grande partie captées par les filiales routières ...du goupe SNCF. Avec ces conséquences sur l'air respiré, l'emploi, l'aménagement du territoire... 

André Delestre, lors de la séance du syndicat ATOUMOD du 4 avril 2019, a déclaré lors du vote du Budget Primitif 2019.  

Monsieur le président, chers-ères collègues, nous sommes très attachés, aussi bien ma sensibilité politique que comme représentant de la Métropole à ce syndicat qui doit favoriser l’intermodalité et l’interopérabilité au service de la mobilité. Ce matin, en gare de Rouen était ouvert au public les guichets de vente multimodale afin d’y acheter les billets SNCF, Atoumod et Astuce. Nous nous en réjouissons.  Atoumod, nous en avions été à l’initiative, pas seuls certes, à sa création, de 2008 à 2013, avec nos camarades Patrice Dupray puis Noel Levillain quand ils étaient aux commandes du transport régional. Sur un constat simple et partagé par la CREA, mais aussi la CODAH qu’il fallait créé de la synergie et de la coordination entre les 15 Autorités Organisatrices des Transports qui opéraient sur la Haute-Normandie. D’autant que la loi SRU, avec le ministre Gayssot, avait engagé la décentralisation ferroviaire  vers les régions afin de répondre aux  besoins de transport du quotidien, en y rapprochant la décision vers les collectivités régionales élues. Et afin d’améliorer les déplacements de nos habitants et renforcer le service public ferroviaire. Le syndicat ATOUMOD y a été créé, avec la tête de fil affirmée qu’est la Région autour de sa compétence TER et le maillage des gares du territoire.Tête de fil d’ailleurs réaffirmée dans la loi mobilité en cours de gestation pour l’intermodalité.

Source: Flickr

Si je rappelle cela, c’est pour expliquer notre présence assidue et constructive à ce syndicat pour travailler sur les statuts, favoriser l’entrée des autres AOT dans une Normandie rassemblée, développer les outils d’information et de billettique, faciliter la vie de nos habitants dans leurs déplacements pour travailler, étudier… vivre, rendre accessible au plus grand nombre les transports collectifs, le train en particulier. On assure aussi le quorum tout simplement dans une structure régionale ou nos collègues viennent de loin.  

Pour en revenir au budget 2019, nous le voterons, à la fois comme militant de transports vertueux mais aussi comme représentant de la Métropole afin de financer les actions 2019 en cours et les actions à l’échéance 2022 qui impliquent des investissements importants dans les outils informatiques nécessaires et adaptés.

Mais je le redis à cette occasion, par ce texte écrit que je tiens à ce qu’il soit intégré dans le PV, l’intermodabilité et l’interopérabilité des transports doivent s’appuyer sur l'amélioration des offres de services. J’ai bien compris que cela était de la responsabilité de la Région. J’ai bien compris aussi que les investissements engagés et le nouveau plan de transport devrait très nettement améliorer l’offre, la fiabilité, l’accessibilité, la régularité et la sécurité des trains du quotidien. Restera l’épreuve de la réalité dans une situation très dégradée d’une SNCF qui a abandonné son cœur de métier et dans une politique de dérégulation et de déréglementation des transports ou la SNCF, sous l’impulsion d’une politique libérale, organise sa propre concurrence avec ces filiales routières pour privatiser notre Bien Commun.

Source: Flickr

Dans ce contexte, la suppression de 12 haltes ferroviaires n’est pas acceptable. Car elle crée de l’irréversibilité à l’usage du train, détricote le maillage d’un transport en site propre (auxquels les élus des villes que nous sommes reconstruisons aujourd’hui ce qui a été détruit dans l'ére du « tout voiture ») et tourne le dos aux engagements de la France en matière de division par 4 du CO2 d’ici 2050.

Les projecteurs valorisent, monsieur le président,  votre sens du dialogue et de l’écoute.  Vous l’avez démontré dans l’animation du syndicat. Les trains continueront de s’arrêter à Pont de l’Arche. Vous avez rencontré cette semaine les maires de St Martin du Vivier et Fontaine sous Préaux qui vous ont exprimé leurs désaccords et leurs arguments. J’ai confirmation que le président de la Métropole ne sais pas positionné à la suppression de la desserte. D’ailleurs de quel droit, la halte n’étant pas de sa compétence. Plus de 1000 signatures, a recueilli une pétition lancée, à son origine par les usagers de la halte. Je vous demande de reconsidérer cette décision, d’autant qu’il n’y a aucune plus-value, hormis gagner 2mn sur le parcours Rouen Amiens. Et que la seule alternative offerte aux usagers du train est la voiture.

Derrière ce cas de figure emblématique, je vous propose aussi que notre syndicat (Atoumod est composé de repésentants élus-es de la Région, de villes et intercommunalités en responsabilité dans les transports) puisse travailler dans des extensions de compétences sur les autres champs de l’intermodalité et de l’interopérabilité. L’expérience du partenariat entre la CODAH et la Région sur la ligne Le Havre Rolleville pourrait en être un élément de référence. La relance des comités de ligne permettrait d’améliorer la diffusion de l’information concernant Atoumod, afin d’y impliquer les usagers.