DSC08779

La libre administration des communes est le témoin de la vitalité de la démocratie locale, le ciment de notre édifice territorial. La mairie et ses élus en sont le maillon de proximité, essentiel pour nos habitants. Et l’intercommunalité librement choisie et consentie autour de projets nous permet d’être efficaces, de mutualiser les services tel que les transports, l’eau… d’investir.

Sous le mandat Hollande, est venue la loi imposant le regroupement des communes et la métropolisation. Et le transfert à pas forcés des compétences communales. Avec la future Agence nationale dite « de cohésion des territoires », les orientations de la présidence Macron ne considèrent plus QUE la maille intercommunale. La commune n’est pas seulement menacée, elle est clairement attaquée.

Ne laissons pas faire ! Il y a un vrai enjeu de démocratie et de citoyenneté. C’est de la même offensive que la remise en cause de notre modèle social, en particulier les retraites et la santé. Les pouvoirs seront concentrés entre quelques mains. Cela favorisera une prise en main irréversible de la finance sur tous les services publics, sur notre vie au quotidien. Les inégalités se creusent, ici et maintenant, dans une monarchie qui ne dit pas son nom. (tribune des élus communistes et républicains dans le journal municipal d'octobre 2018)