uneHSJaures

...socialiste qui a fait valsé "M. 49.3" et désigné Benoit Hamon, l'ex ministre et député frondeur. Les résultats des 2 bureaux de vote de Petit-Quevilly, ville populaire composée majoritairement d'employés-ées et d'ouvriers-ères en activités ou retraités, sont sans appel. Malgré les appels de Frédéric Sanchez maire, président de la métropole, conseiller régional, député suppléant, membre du bureau national du PS et de Luce Pane, maire de Sotteville, députée de la 3ème circonscription en faveur de l'ex 1er ministre Manuel Valls !

Le déni perdure dans une partie de l'appareil du PS et des inconditionnels des Hollande-Valls et dont la destinée dépend étroitement des électeurs. A défaut de vision et projet politique partagé, il s'agit de neutraliser, voir de récupérer les militants et électeurs des primaires qui ont sanctionné la politique menée depuis 2012 et ainsi recycler le social-libéralisme pour se refaire une santé, en agitant le drapeau du rassemblement face au FhaiNe, véritable menace pour nos libertés et des droites "décompléxées" qui entendent profiter des portes ouvertes par Valls 1 et 2 sur le tout sécuritaire, la déchéance de nationalité, la loi travail, les ventes d'armes à l'Arabie Saoudite, le clafoutis territorial, les baisses de dotations aux collectivités, CICE, le transfert de la fiscalité des entreprises vers les ménages... Les oligartes financiers et valets politico-médiatiques qui en croquent, rigolent encore du discours du Bourget de F.Hollande, alors candidat, "mon ennemi, c'est la finance". Et la candidature Macron énarque, ex-socialiste, ex-affairiste de la banque Rothshild, devenu millionnaire avec Nestlé, ex-conseiller du président Hollande, ex-ministre de l'économie, de l'industrie(sic) et du numérique jusqu'en novembre 2016, candidature pilotée (?) par le monarque du renoncement, chouchou des médias et des grands patrons, présenté "perdreau de l'année 2017", reste un plan B des éléphants roses. "Un pur produit du système" comme le déclarait récemment Christiane Taubira.

DSC06876

Revenons à Petit-quevilly. Dans ce contexte ou le questionnement et la critique sont interdite, alors qu'un cordon sanitaire avait été établi autour des 7 élus communistes et républicains depuis 2014 suite à des vérités écrites dans ce blog et ailleurs qui ont déplu (soutien aux luttes pour maintenir les industries, dénonciation de l'austérité à tous les étages, en particulier au CG76, notre opposition résolue au gouvernement Valls), nous avons droit à nouveau à l'écoute, au respect de nos paroles et de notre travail dans nos délégations. Etre de gauche n'est pas une maladie honteuse. Ni même des délinquants comme l'avais écrit un 1er secrétaire fédéral du PS76 et député en titre d'une tribune en pleine page de Paris-Normandie et suite aux affaires Cahuzac et Thévenou, " ni fraudeur, ni frondeur", ramenant toute critique du gouvernement Valls à un délit.

Les communistes, dans les luttes et dans les urnes, entendent défendre des idées, des valeurs et un programme "La France en commun" qui répondent aux urgences sociales et écologiques, à l'exigence démocratique, à refonder l'Europe, à oeuvrer pour la paix... Nous soutenons la candidature de Jean-Luc Mélenchon et travaillons au rassemblement pour que les idées progressistes ne soient pas éliminées le 26 avril. Faut le dire aussi, la 5ème République, monarchie républicaine, n'est pas notre tasse de thé, "coup d'état permanent" comme l'écrivait François Mitterrand dès 1964! Et entendons rassembler sur la 3ème circonscription, et ailleurs, tous ceux, communistes de la diaspora, insoumis, écologistes, socialistes déçus et frondeurs, humanistes et démocrates, républicains et syndicalistes, femmes et hommes de gauche, ouvriers, employés, techniciens, cadres, privés d'emploi et précaires, étudiants et retraités, artisans et commerçants, enseignants et éducateurs, artistes, militants associatifs... pour que la voix des quevillais à l'Assemblée Nationale soit enfin écoutée et respectée.  

"C'est cette oeuvre féconde de justice sociale et de paix internationale que je veux continuer avec vous et par vous dans la législature prochaine" Jean Jaurès - 1906- Vers la République Sociale. 

20161001_171130

Tiphaine Berthelot, lors du DOB, s'est exprimé pour le groupe des élus communiste et républicains jeudi 9 février lors du conseil municipal. Le groupe des élus-es communistes et républicains a bien étudié les orientations budgétaires. Il se satisfait des projets qui pourront bénéficier à notre population, tel le centre de loisirs Wallon rénové, l’extension des bâtiments des écoles Jaurès et Clément pour nos enfants, l’accompagnement des opérations par l’Etat du renouvellement urbain des quartiers de la piscine, Saint Julien...

Maintenir des services publics municipaux solides doit être également une autre nos priorités, et cela n’est possible qu’en garantissant des effectifs en nombre nécessaires et dans des conditions favorables pour effectuer leurs missions au quotidien. Nous souhaitons à l’occasion de ce débat féliciter et remercier tous les agents de notre communes, qui oeuvrent pour un service de proximité aux habitants et leur bien être.

Bien sur nous avons noté, comme l’a dit notre collègue Philippe Dupray en charge des finances communales, le léger allégement des ponctions de l’Etat sur les budgets de nos communes. Cependant la facture reste salée sur l’ensemble de la mandature de l’ex premier ministre Valls. Le Front de Gauche dénonce depuis plusieurs années cette austérité. A Petit Quevilly ses effets ont pu être atténués notamment avec les concours de la Métropole, et c’est tant mieux pour notre population quevillaise.

Cependant continuons à être vigilant car dans le même temps l’Etat demande toujours plus d’intervention des communes sur des missions régaliennes de l’Etat, en matière de sécurité, ou dans l’éducation … Certes nous constatons le désendettement. La satisfaction de bonne santé financière de notre commune, exprimée dans le rapport, contraste malheureusement avec le vécu des quevilliais (chômage de masse et généralisation de la précarité, baisse du pouvoir d'achat des salaires et des pension...).

Nos populations ont besoin d’un budget qui les protège. Car les quelques chiffres un peu plus optimistes de ces dernières semaines ne peuvent masquer les effets des suppressions de postes dans notre région et plus particulièrement dans l’industrie, les effets d’une TVA toujours pesante pour les ménages, des dotations horaires annoncées enbaisse dans les collèges et lycées... Dans ce cadre, nous sommes attentifs à la pression que représente la fiscalité locale (taxe d'habitation et foncier bati). Il reste l’impôt le plus injuste pour les ménages, déconnecté de la capacité contributive des foyers fiscaux. (NDLR: encore une promesse non tenue du candidat Hollande!)