L’emploi est la première source d’inquiétude des Français. Notre ville avait un taux de chômage de 15,3% fin 2012. Depuis, le chômage continue de progresser. Il y avait fin 2012, 2.548 demandeurs d’emploi dont plus de 20 % ont moins de 25 ans. À l’échelle de l’agglo, les fermetures d’entreprises, de commerces, les suppressions de postes dans les grandes administrations et dans les services publics concourent à accroître le nombre de privés d’emplois.

Chacun-e a droit à un emploi stable, qualifiant, rémunéré.  A Petit-Quevilly et autour, trop d’entreprises ont supprimé des emplois ces dernières années. La liste est longue : Sauvage et Millery (BTP), Sigre, Johnson Control,  Petroplus… le groupe SCHNEIDER annonce la fermeture partielle du Transformateur, des menaces pèsent sur l’usine d’engrais GPN. Sans compter le tissu des petites entreprises et activités sous traitantes avec Huit Clos en liquidation judiciaire…La défense de l’industrie sur notre territoire doit être une priorité comme créatrice de richesses. Maintenir les entreprises existantes et localiser les productions dont le débouché est ici.  Notre avenir ne doit pas être borné exclusivement vers l’activité tertiaire ou tertiaire supérieur et les services.

image002

La Ville doit se situer à l’avant-garde pour défendre l’emploi local. Elle peut agir en faveur du développement de grands projets économiques tel la préservation et le développement de l’activité portuaire. Elle doit agir pour le maintien et le développement des industries existantes. Les salariés sont toujours au coeur de la défense des emplois et de l’activité de leur entreprise, de leur service public. La Ville doit être attentive à leurs revendications et à mobiliser les pouvoirs publics en conséquence. Elle doit soutenir l’activité syndicale. Le soutien aux politiques d’insertions doit s’amplifier même si le traitement social du chômage (emplois d’avenir, emplois aidés…) n’est pas une réponse structurelle à une vraie politique de l’emploi. Investir permet de mettre en œuvre des politiques publiques créatrices d’activités et génératrices d’emplois. De plus, des approvisionnements de proximité pour la restauration collective permettent un effet de levier dans  la  filière agricole afin de développer l’emploi local.

Les privés d’emploi doivent être mieux aidés dans leurs démarches de recherche d’emploi. Pour cela, la Maison d’Information et de Formation en complémentarité avec Pole Emploi et la Mission Locale bénéficiera d’un soutien accru.

DSC06840

Les associations, SCOP... sources d’emploi, de dynamisme et de lien social doivent être soutenues dans leurs projets. En aucun cas, leurs subventions ne doivent baisser si une menace sur l’emploi est constatée. Elles ne sont pas les variables d’ajustement des budgets des communes. Les projets économiques des habitants et les nombreuses expériences coopératives, sociales et solidaires doivent être soutenus.

La CREA avec la Région apportent des aides financières aux entreprises (pépinières d’entreprises, La Foudre – Seine Innopolis…) au titre de leur compétence sur le développement économique. Il est nécessaire d’encadrer ces aides pour veiller à ce qu’elles débouchent effectivement sur des créations d’emplois stables. La recherche et l’innovation doivent être soutenues.

Soutenir le commerce de proximité. Nous ferons prévaloir notre droit de préemption et tous les outils juridiques et financiers pour éviter que les agences bancaires, assurances prennent le pas sur les commerces de bouche et de services. Nous devons permettre le maintien d’un niveau raisonnable de loyers pour que les petits commerces se développent dans tous les quartiers.

DSC06865

Le marché du dimanche, place du 8mai, aura un espace élargi pour permettre l’installation de plus de marchands et gagner en qualité.