Dans notre société où la centralisation des pouvoirs se renforce, où les citoyens sont dessaisis des grands choix d’avenir, où la désaffection pour la politique grandit, il est primordial d’amorcer un renouveau démocratique au plan local. C’est en effet au plus près des citoyens que peuvent s’élaborer les meilleures politiques publiques, dans l’écoute fine des besoins et des initiatives qui émergent des habitants.

La parole, le comportement et l’action des élus déterminent la crédibilité des politiques publiques. Les règles de fonctionnement devront être améliorées avec de l’éthique au coeur.

IMG_0030

Une véritable démocratie locale passe par le développement de nouvelles pratiques de dialogue, de concertation et d’actions communes, à même de transformer le rapport entre les citoyens et l’institution communale. Nous proposons de créer des conseils de quartiers afin de construire avec les habitants une politique de la ville. Le conseil municipal des enfants sera remis en place.

Le droit de vote des résidents étrangers aux élections locales doit être appliqué sans plus attendre. La ville doit peser de tout son poids pour exiger du gouvernement qu’il tienne ses promesses. Un conseil local des résidents immigrés sera installé afin de permettre l’intégration de cette part de la population quevillaise et sa participation à la réflexion collective dans un cadre officiel.

Un droit de saisine et d’interpellation afin d’interpeller le Conseil municipal sera instauré pour permettre la prise en compte et l’étude des demandes émanant des habitants eux-mêmes.

DSC06805

Pour une intercommunalité de projet, démocratique et proche, la loi proposée par le gouvernement ne va pas dans ce sens. La métropole, imposé par décret et accélérant l’évaporation des compétences communales, dessaisissant les citoyens des choix les concernant, nous la refusons. Petit-Quevilly ne pourra plus maîtriser directement son aménagement urbain, comme on le voit pour le futur quartier Flaubert avec la CREA. C’est un recul démocratique inacceptable ! L’intercommunalité doit être librement consentie sur la base d’une vision et d’un projet de territoire. Plutôt qu’éloigner les lieux de décision des habitants, nous défendons un renouveau de la démocratie citoyenne au sein des communes et le renforcement des mutualisations de moyens entre les communes de l’agglomération.

DSC07005

La participation des habitants aux choix communaux et intercommunaux implique une différence entre concertation et communication. Il est nécessaire de favoriser la compréhension des enjeux d’aménagement ou de transformation au plus grand nombre afin qu’ils puissent apporter les réflexions et propositions des projets. Il en va de même pour le projet de budget de la commune. Nous proposons une réunion publique annuelle sur les choix et orientations du budget communal.

Il s’agira de rendre compte des projets et politiques intercommunales qui sont aux services des habitants. L’intercommunalité CREA par les budgets (budget annuel de plus de 600 millions d’euros)  et ses compétences (développement économique, transports et mobilité, eau, déchets, sports, culture, haut débit, action foncière, insertion, évènementiels…)  est un outil indispensable au service du quotidien des quevillais.

La transition énergétique doit être une compétence communautaire par la mutualisation des réseaux de chaleur, le soutien à la sobriété énergétique, le conseil.

La vie associative doit être mieux soutenue. Les associations jouent un rôle essentiel dans les activités proposées, le service rendu par les bénévoles. La collectivité doit faciliter la mise à disposition de locaux, assurer un financement pérenne sur la base d’un contrôle de gestion, aider à la gestation des projets, soutenir les bénévoles.DSC07168