...au conseil municipal de Petit-Quevilly leur action. Vêtus de tee short abhorrant leur refus des 196 licenciements, les 5 représentants du syndicat CGT n'ont pu s'exprimer qu'en toute fin du conseil. Les élus communistes sont venus les accueillir.

DSC08142

Après remercié les membres du conseil de leur accorder quelques instants, ils ont déclaré que le PDG du groupe finlandais UPM entend améliorer les résultats financiers du groupe de 150 Millions d'euros sur 10 milliards d'euros de CA. 4 machines à papier produisant 850.000 tonnes seraient arrêtées en Europe dont celle de Grand-Couronne produisant 120.000t. Ainsi serait supprimé 570 emplois dont 196 à l'usine normande représentant 56% des effectifs. Dans l'appel à l'aide, les cégétistes rappellent que la Chapelle d'Arblay s'inscrit dans l'économie dite circulaire, depuis la reconversion de l'usine il y a 30 ans et devenu le 1er fabricant de papier journal 100% recyclé, à 130 km seulement de Paris, capitale de l'imprimerie française. L'usine bénéficie de dessertes ferroviaires, fluviales et routières très favorable. Elle est associée avec les pouvoirs publics, CREA pour la collecte et SMEDAR pour le tri, à valoriser matières premières. L'usine est vertueuse en énergie (chaudière biomasse). Elle valorise les fibres (vieux journaux et revues...) et a fortement diminué sa consommation d'eau dans le processus de pâtes à papier. Si cette pâte n'est plus produite en France, elle proviendra de Finlande, d'Allemagne ou de Chine. La technique et l'expertise existent pour améliorer les processus et bien sûr la qualité de la production. Des idées innovantes sont proposées pour développer des synergies avec d'autres acteurs.

240_F_69705896_fkXAv1VT47xfs2jiikUTjjNx1TdLvn7Q

Tout en rappelant qu'aux emplois directs concernés, c'est des centaines d'emplois indirects qui sont frappés dans l'édition, l'imprimerie, la récupération, la sous traitance, le transport. Dans 75 jours, les 196 salariés seront sur le carreau. Il est urgent que les autorités de ce pays intègrent la filière du papier dans les priorités économiques et politiques. Le PDG de UPM aurait il plus de pouvoir que le président de la République? D'autant que le PDG et les actionnaires ont vampirisé toutes les aides publiques possibles sur la matière première, avec le CICE, sur le coût de l'énergie, sur la fiscalité. Et de conclure que le territoire ne veut pas d'un nouveau Pétro-. La révolte gronde. Noel se vivra dans l'angoisse pour toutes ce familles. Les décideurs qui ont tous les pouvoirs doivent écoutés et surtout entendre.

Au préalable à leur déclaration, la délibération sur le transfert de 6 agents de la ville vers la métropole a été l'occasion d'aborder la cause des "Papchaps". Le maire de Petit-Quevilly et président de la Métropole a souligné l'axe de la vallée de la Seine comme stratégique au développement économique du territoire. Qu'il a reçu une délégation CGT ce mardi. Avec la métropolele 1er janvier 2015, on se dote d'outils supplémentaires. Pour quoi faire sur le cas présent? La question mérite d'être posée. S'agit t il d'exproprier les patrons voyous et les actionnaires prédateurs au nom de l'utilité publique et de l'intéret général? S'agit il de mettre en oeuvre des formes juridiques de propriété sociale type SCOP? Construire une économie socialiste de maîtrise des moyens de productions et d'échanges? D'innover comme a su le faire le CG27pour l'usine d'Alizay? Ou bien continuer à accompagner le déménagement et la liquidation industrielle et de contrôler les colères?   

André Delestre, au nom du groupe des élus communistes et républicains a d'abord réaffirmé "la solidarité active aux travailleurs et leur organisation CGT dans leur combat pour sauvegarder l'outil de travail et les 196 emplois."  Et de redire fermement que la CAR devenu CREA a, en premier la compétence économique, qui sera certes renforcées avec la métropole. Et de constater que Johnson control, leader mondial de la batterie a fermé avec 280 emplois sur le carreau. Idem pour Shell-Pétroplus avec 550 emplois directs et 2.000 indirects. Que le Transfo du groupe Schneider supprime 231 emplois, et à terme c'est la disparition totale du site. De rappeler que Schneider ou le groupe Varta ont eu comme stratégie de gaver les actionnaires. De constater que l'action publique reste totalement défaillante pour préserver et moderniser l'outil de travail. La reconversion engagée du site Petroplus coûtera beaucoup d'argent publique (dépollution et démolition, coût social et écologique...) avec peu d'emplois à la clé et des emplois très peu qualifiés. En multipliant cadeaux fiscaux, exonérations de charge, baisse du "coût" du travail, austérité entraînant récession économique, nomination d'un ministre "banksters" et tapis rouge à Gattaz... le gouvernement alimente le déménagement industriel. Il est temps de changer le logiciel économique!

Le représentant du FHaine a osé exprimer sa solidarité. "Imposture! imposture! " a clamé André Delestre. Le représentant de la CGT en fin de séance a bien préciser qu'ils venaient chercher la solidarité active des élus de la République. Ceux du FHaine, qui divise les travailleurs entre eux, attise la haine et vote contre les solidarités et le "vivre ensemble" n'en font pas partie.