IMG_20190523_103800

Jeudi 23 mai, à partir de 11h, les personnels des crèches et haltes garderie se sont rassemblés devant le palais de justice de Rouen pour alerter l'opinion publique et protester contre un projet  du gouvernement qui prévoit:

  • un taux d'encadrement dans les établissements collectifs qui risque de ne pas s'améliorer alors qu'il est parmi les moins favorables parmi les pays de l'OCDE.
  • des possibilités d'accueil en surnombre quasiment tous les jours: autoriser 24 enfants pour 20 places, 48 pour 40, 72 enfants pour 60 places!
  • une augmentation de la capacité d'accueil des micro-crèches, à au moins 16 enfants au lieu des 10 actuellement, alors qu'elles fonctionnent déjà avec des dérogations comme par ex. les qualifications professionnelles;
  • une surface d'accueil par enfant qui pourrait passer à 5,5 m2, alors que tous les acteurs s'accordent sur la necessité d'au moins 7 m2 pour assurer des conditions de jeu et de vie favorables au développement des jeunes enfants

 

IMG_20190523_104048

Cette action est nationale, à l'appel du collectif "www.pasdebébésalaconsigne.com". Des rassemblements avaient lieu ce jour, dans toute la France, pour alerter sur cette réforme, une nouvelle fois régressive venant de Macron et Cie, sur les modes d'accueil de la petite enfance. Ce mouvement est très suivi sur notre territoire. Anne-Emilie Ravache, conseillère municipale de Rouen et André Delestre, maire adjoint de Petit-Quevilly ont apporté le soutien des élus communistes de la métropole à leur action.

Décidemment, il est urgent de mettre un carton rouge ce dimanche 26 mai, au président en manque d'humanité et si complaisant aux ultras riches. Le vote Ian Brossat est le prolongement de toutes ces actions de la dignité, de l'égalité.