Source: Flickr

Manifestement, ce n'était pas la préoccupation des présidents de la Région Normandie, de la Métropole de Rouen et du Département. Alors que l'urgence environnementale se manifeste partout sur la planète, menaçant notre humanité comme on peut le voir dans les Caraïbes, ces décideurs politiques continuent sur une vision passéiste des déplacements des marchandises comme des personnes.

Au prochain conseil de la Métropole, nous allons attribué une aide d'urgence aux populations sinistrées. La bonne conscience, ira-t-elle jusqu'à remettre en cause le blanc seing majoritaire, hormis les groupes communistes et verts et des maires du plateau, sur lequel Frédéric Sanchez parade pour qualifier sa signature "d'historique". Et s'octroyer l'engagement financier de payer les factures de la CASE et du département de l'Eure.

Rappelons que ce barreau, aspirateur à camions, voitures et autres bus "Macron", sera à péage, concédé à Vinci, Bouygues ou autres consorts,après avoir été financé par nos impôts. Que la part métropole équivaut au financement du T4. Ainsi les habitant du plateau Est devront encore attendre pour avoir une infrastructure de transport en commun de capacité, fiable et vertueuse. Que la fracture de ce ruban de goudron dans nos paysages, espaces agricole et forestier mais aussi tissu urbain dense sur la rive gauche est insupportable. Que la neutralisation de foncier tel Seine Sud pour le dévelopemnt économique interpelle sur les missions et priorités de la Métropole. Cette infrastructure ne va-t-elle pas favoriser l'étalement urbain?

Source: Flickr

Pire, les milliers de seino-marins qui se déplacent en train entre notre territoire et Paris ne verront aucune amélioration de leur quotidien. La LNPN est renvoyée aux calendes grecques. Certes, la région achète des rames neuves mais les infrastructures souffrent  du manque d'entretien. Les points de saturation resteront entre Mantes et Paris, sur Rouen.  La SNCF continue sa suppression de postes de cheminots (s'il n'y a plus personnes pour mettre le PQ, remplir d'eau les toilettes des rames neuves -PRIORITE N°4 de l'engagement de qualité de la SNCF- , mieux vaut partir avec l'idée qu'avec l'envie!).

Tout le monde, et particulièrement les communistes, se réjouit de l'attibution des JO en 2024 à Paris. Et la volonté de Mad Hidalgo d'en faire des jeux vertueux en matière d'écologie! Les investissements de transports, hier décidés par le trio de président, augurent mal de l'accompagnement de la région à l'objectif affiché par les organisateurs.

Ce récent tracé du barreau de contournement n'a jamais démontré son utilité. Si c'était une évidence, on aurait pas attendu 40 ans pour le réaliser à l'époque du "tout routier". M Morin, spécialiste en géographie a parlé de compléter l'axe des estuaires Copenhague- Lisbonne. Le pont de Normandie, avait été construit pour cela? Et a évoquée la seule ville qui n'a pas de rocade? Mais s'agit il encore aujourd'hui d' agir sur les débits et détournement des volumes alors que la baignoire est pleine? Il suffit de regarder la saturation du périf. à Paris... mais aussi à Caen!. Nous pensons qu'il y a des alternatives. 

Bref, la balle est dans le camp du gouvernement. Nous verrons bien si les politiques de transports, dans notre belle France, déréglementée, détarifiée et carbonée perdurent. M Hulot est au pied du mur.

Quant à nous, nous allons devoir amplifier les mobilisations pour empêcher ce mauvais coup. Les dérèglements climatiques se multiplient, ici et maintenant. Les habitants de la Métropole sont asphyxiés dans un air devenu mortel. Vite, faisons savoir aux 3 présidents leur erreur "historique", qui engagent les générations futures. André Delestre