de Sotteville ne sont perçus que comme une opportunité foncière pour la densification et la construction de logement. Lundi, lors du conseil métropolitain, la délibération 13 proposait l'intéret communautaire des terrains de l'ex SERNAM débouchant sur le cours Clémenceau à Rouen au hangar Kiwi, aux limites du pont de Quatre-Mares à Sotteville. Certes, l'habillage sémantique, soulignait l'intéret de ne pas créer d'irréversabilité au développement ferroviaire, de s'inscrire résolument dans l'accompagnement de la future gare rive gauche...

Source: Flickr

Dans les faits, le contournement Est, véritable aspirateur à camions, est soutenu par le président de la Métropole. Et ce, malgré les engagements de la France lors de la COP 21. C'est bien un gouvernement socialiste qui a autorisé en 2012 la circulation des camions de 44 tonnes, qui a abandonné l'éco-taxe, qui n'a rien fait sur le transport des matières dangereuses dont le conflit en cours nous rappelle cette insécurité du quotidien au coeur de nos villes (le pont Mathilde, le tunnel du Mont Blanc...). Et qui a déréglementé le transports voyageurs intercités avec les bus "Macron", réintroduisant la 3ème classe. Qui a maintenu la feuille de route de Sarkozy au PDG de la SNCF Pépy d'euthanasier le transport ferroviaire des marchandises, de dérèglementer et de détarifier le transports des voyageurs (le TGV devenu INOUI en est une caricature). D'une entreprise ferroviaire complétement désintégrée par la dernière réforme de 2015 et axphyxiée par une dette abyssalle (les intérets annuels de la dette payés aux banques se montent à 1,7 milliards d'euros soit 20.000 emplois de cheminots)...

Source: Flickr

Noel Levillain, pour le groupe PCF Front de Gauche a souhaité attiré l'attention des conseillers métropolitains  "Le groupe Front de Gauche n’objecte pas l’intérêt Métropolitain d’un secteur urbain où de nombreux enjeux se nouent : la future gare Saint-Sever, le quartier qui l’accueillera, les liens avec la rive droite et le sujet « mobilité » pour laquelle la gare de Sotteville figure.

Toutefois, nous demandons à notre assemblée de rester vigilante sur le domaine SNCF essentiellement partie prenante du centre de triage de Sotteville. Nous sommes inquiets, faute d’être surpris, de la recherche de valorisation de son foncier par la SNCF.

Vous savez, M. le Président, l'aberration économique que constitue l’abandon du fret ferroviaire. Le groupe FdG n’a cessé au contraire d’en montrer l’impérieuse nécessité, non par nostalgie mais simplement parce que les objectifs de la COP21 ne seront atteints sans une politique des marchandises décarbonnées. Il s’agit aussi pour notre industrie d’un atout qui participe de l’attractivité du territoire.

Il en va de même, s’agissant du transport voyageurs. La gare de Sotteville doit en effet trouver sa place dans un maillage qui reste à concrétiser mais qui, à ce jour, ne semble pas être à l’ordre du jour des réflexions Région-Métropole.

Monsieur le Président, nous vous demandons d’être actif sur ce sujet car c’est, à notre sens, à partir du ferroviaire urbain que se bâtira la mobilité multimodale de demain."

DSC_0020

Bien sur, l'arrivée de Macron, entouré des libéraux de droite et de "gôche" et sponsorisé par la finance et le MEDEF, ne nous rassure pas. Pour eux, l'Europe, c'est une zone de libre échange capitaliste ou la déréglementation en est la règle.

Le transport est au coeur des problématiques de l'exigence pour une transition écologique comme pour l'urgence sociale. C'est ce que nous voulions rappeler alors que la maire de Sotteville, à nouveau candidate et compatible "Macron" a un bilan peu flatteur pour porter la voix des cheminots, et des travailleurs en général ( soutien à la loi Valls sur le travail), des usagers de la route, des habitants qui étoufffent de l'air pollué avec ces 9.000 camions jour qui circulent sur le boulevard industriel cotoyant un triage moribond qui triait encore il y a peu, 4.000 wagons par jour. 

Pour exiger une autre politique des transports dans ce pays, élire Hubert Wulfranc le 11 juin sera le plus sûr moyen de porter les engagements de la France prise à Paris lors de la COP 21 de réduire les émissions de CO2.

Hubert Wulfranc est soutenu par le PCF, EELV, Ensemble, la Gauche Démocratique et Sociale, les comités de la France Insoumise,  des personnalités de la gauche politique, des associations, du monde de la culture, des syndicalistes...