Près de 20 élèves n'ont pas trouvé de place à l'internat du lycée. Ils viennent de l'Eure, du pays de Caux, de Bray...Les conséquences pourraient être lourdes pour leur formation: pénibilité liée à l'éloignement du domicile familial, coûts...

Cette situation est en partie due à l'effort nécessaire de rénovation des internats, en particulier celui de Colbert engagée par la Région. De plus il y a une demande plus forte des familles liées aux difficultés et au coût des déplacements dans l'agglomération, aux réorganisations des filières de formation professionnelle. Il y a sous capacité de l'offre en internat, et en particulier sur la rive gauche de Rouen.

Alerté par des parents d'élèves, Céline Brulin, vice-présidente Front de Gauche, est intervenue auprès du Président de la Région. Une solution provisoire doit être impérativement trouvée d'ici la fin des travaux au lycée Colbert prévue en janvier 2014. Nos propositions vont vers l'hébergement avec participation financière de la région dans un hôtel de Petit-Quevilly, dans des résidences en vacance d'occupation ou bien encore par l'accueil de familles hôtes.

Nous soutenons que la Région doit engager une réfléxion sur l'offre en internat liée à l'évolution stratégique des formations professionnelles dispensées sur le territoire.

DSC01956